Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 16:46

 

 

Une abstention massive.


 

 

 

 

L'abstention, déjà notable en 2004, atteint des scores encore plus alarmants. Bizarrement, ce sont ceux que l'Europe rend les plus heureux, les Polonais, qui en détiennent l'un des records : la participation est de 27 % en Pologne, de 28 % en République tchèque, de 36 % en Hongrie, estimée à 14 % en Slovaquie. Vingt ans presque jour pour jour après leurs premières élections libres, les Polonais ne sont toujours pas motivés pour participer à une élection.

 

 

Ils se disent, selon les sondages, majoritairement satisfaits de leur entrée dans l'UE et confiants dans ses institutions. Les Slovènes et les Slovaques se félicitent de leur récente adoption de l'euro, protecteur dans la crise. Pour ces pays, l'adhésion à l'Europe a contribué à des taux de croissance spectaculaires, et les fonds structurels sont des amortisseurs considérables dans la crise. Qu'ils soient euroenthousiastes comme les Polonais, plus eurosceptiques comme les Hongrois - désenchantés par leurs difficultés intérieures -, ou qu'ils subissent, comme les Tchèques, les diatribes europhobes de leur président, Vaclav Klaus, les citoyens de ces pays ne se sont pas déplacés aux urnes.

Ils trouvent l'UE trop éloignée des préoccupations nationales et rejettent sur elle la responsabilité du marasme. Mais, selon le politologue Jacques Rupnik, "l'abstention est moins un signe d'euroscepticisme que de normalisation. Dix ans après, l'Europe est un acquis : ils s'en réjouissent mais doutent de leur capacité d'action sur elle".

 

Un raz de marée à droite.

 

carte de 2004

 

 

 

Allemagne, les conservateurs de la chancelière allemande Angela Merkel sont largement en tête, avec 38 % des voix, malgré un recul par rapport à 2004, selon les résultats provisoires. Les sociaux-démocrates (SPD) enregistrent leur plus mauvais résultat avec 20,8 % des voix.

 

Grande-Bretagne, les résultats encore provisoires s'annoncent catastrophiques pour le Parti travailliste du premier ministre Gordon Brown. Les sondages placent le Labour en troisième, voire quatrième position au niveau national. Le BNP, parti d'extrême droite, obtient son premier élu européen.

 

Espagne, la droite a battu les socialistes au pouvoir, avec 42,03 % des voix, et gagne 23 sièges sur un total de 50 à pourvoir, selon des résultats partiels. Il s'agit toutefois d'une défaite honorable pour le Parti socialiste au pouvoir, qui a obtenu 38,66 % des voix, et gagne 21 sièges.

 

Italie, le parti de Silvio Berlusconi remporterait les européennes en obtenant entre 35 et 36 % des voix, contre 26 à 27 % pour le principal parti de gauche, selon plusieurs sondages. Ce score est toutefois une demi-déception pour le Cavaliere, qui espérait 40 % des voix. Allié de Berlusconi, le parti anti-européen et anti-immigration de la Ligue du Nord obtiendrait entre 6,5 % et 10,5 % des voix.

 

Pologne :Le parti libéral Plateforme civique, au pouvoir, est sorti largement vainqueur, avec un soutien de 45,3 % des électeurs, selon une estimation. Le parti conservateur Droit et Justice (PiS) des frères Kaczynski arrive en deuxième position, avec 29,5 % des voix, devant la coalition de l'Alliance de la gauche démocratique (SLD) et de l'Union du travail (UP), forte d'un soutien de 12 % des électeurs, et le Parti paysan (PSL, au pouvoir avec la PO) avec 7,9 %.

 

 Belgique, les chrétiens-démocrates flamands (CDV) ont remporté les élections, devant les libéraux flamands et les socialistes francophones, selon les chiffres partiels. Avec 23,64 % des voix en Flandre, le CDV conserve 3 des 4 sièges qu'il avait conquis au Parlement européen en 2004, alors qu'il était associé aux nationalistes de la NVA. Le PS avec 29,20 % des voix dans les régions francophones obtient aussi trois sièges (au lieu de 4), tandis que les libéraux flamands du VLD avec 20,20 % des voix sauvent leurs trois sièges.

 

Portugal, le Parti socialiste du premier ministre portugais José Socrates a été battu dimanche aux élections européennes par l'opposition de droite, selon des résultats officiels partiels. Le PS a recueilli 26,45 % des voix, soit un recul de plus de 18 points par rapport aux européennes de 2004. En tête, le Parti social-démocrate (PSD, droite) obtient 33,07 % des suffrages, en légère hausse par rapport au dernier scrutin. Le grand vainqueur est la gauche non socialiste, qui totalise plus de 20 % des voix.

 

En Bulgarie, en Lituanie, en Lettonie, en Slovénie et à Chypre, les partis de droite arrivent également en première position. En Roumanie, la gauche sociale-démocrate et la droite démocrate-libérale, qui forment la coalition au pouvoir en Roumanie, sont à égalité, avec entre 30 % et 31 % des voix.

 

 

UNE POUSSÉE DE L'EXTRÊME DROITE ET DES EUROSCEPTIQUES

 

 

Pays-Bas, le parti d'extrême droite islamophobe et antieuropéen du député Geert Wilders deuxième avec environ 17%

 

Autriche, l'eurosceptique Hans-Peter Martin fait une percée à 17,9 %, et  l'extrême droite est en hausse par rapport à son score de 2004.

 

Finlande, le parti au discours anti-immigrés et anti-UE des Vrais Finlandais obtient 10 % des voix.

 

Hongrie, l'extrême droite fait une perçée, avec 14,77 % des suffrages.

 

 

LES (RARES)  EXCEPTIONS

 

Grèce, l'opposition socialiste est arrivée largement en tête. Le Pasok, socialiste, remporte 36 % des voix, au détriment de la ND, créditée de 34 % des voix.

 

Suède, les sociaux-démocrates, dans l'opposition, arriveraient en tête avec 25,1 % des voix, le Parti des pirates, qui veut principalement protéger la vie privée des internautes et légaliser le partage de fichiers sur Internet, obtiendrait 7,4 % des voix et entrerait ainsi au Parlement européen. 

 

Danemark, les sociaux-démocrates, dans l'opposition, arriveraient en tête, selon un sondage de sortie des urnes, mais ils perdent toutefois un mandat par rapport au scrutin de 2004. Les libéraux au pouvoir maintiennent leurs trois sièges et leurs alliés conservateurs de la coalition bipartite préservent leur unique député. Le Parti du peuple danois (PPD, extrême droite), principal soutien parlementaire du gouvernement, emporte deux sièges.

 

Slovaquie, le parti de gauche du très populaire premier ministre Fico a remporté 32,1 % des voix

 

Malte, le Parti travailliste aurait trois élus au Parlement européen et le Parti nationaliste (droite libérale) deux.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Beaugency webmaster - dans Actualité
commenter cet article

commentaires